Déclaration

 

ABBÉ RAFA£ TRYTEK

 

 

Cracovie, le 2 février 2006

 

Depuis presque 50 ans la vie chrétienne est éclipsée en raison de la propagation des erreurs et des héresies du modernisme qui ont été à maintes reprises condamnées infailliblement par l’Eglise, telles que: 1) la liberté religieuse qui, pratiquement, conduit à l’acceptation de l’athéisme de l’Etat; 2) l’œcuménisme faussement conçu qui consiste à la mise sur le même plan de fausses doctrines religieuses avec l’Unique, Véritable Eglise Catholique et à la reconnaissance d’autres religions, tel que notamment le judaïsme, l’islam et le paganisme, comme moyens de salut; 3) la conception erronée de l’Eglise du Christ non identifiée exclusivement avec l’Eglise Catholique, mais perçue comme entité plus large, qui inclut l’Eglise Catholique mais qui ne s’y limite pas; 4) la promotion d’une religion, mondiale et syncrétique; 5) la soumission aux idées maçonniques, comme propagation de supposés droits "naturels" de l’homme qui en réalité ne sont que l’expression de l’antropocentrisme.

 

Il est impossible que La Véritable Eglise du Christ, Sa Hiérarchie – Le Pape et les Evêques demeurant en unité avec Lui – puissent accepter et propager cette apostasie! Celui qui tient à conserver et à professer la Foi Catholique doit reconnaître que l’institution qui répand obstinément des erreurs si abominables et les déclarent publiquement, n’a rien à voir avec La Véritable Eglise Catholique et que son chef, actuellement Joseph Ratzinger, n’a aucune autorité légitime pour les catholiques et ne possède aucun pouvoir juridictionnel sur eux. Cela signifie qu’il n’est en aucune façon le vrai Pape, Vicaire du Christ sur la terre, Successeur de Saint Pierre mais uniquement un usurpateur et un occupant illégitime du Siège Apostolique, ainsi que ses prédecesseurs modernistes qui ont accepté la doctrine hérétique du Concile Vatican II, l’ont confirmée, l’ont décrétée et l’ont mise en vigueur. Car, dans le cas contraire, l’Eglise du Christ s’avérerait faillible, destructible et maculée ce qui serait contraire à la promesse de Notre Seigneur Jésus Christ selon laquelle "les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle". (Mat. 16, 18). C’est la raison pour laquelle, de même que je rejette l’apostasie du modernisme, je rejette également une fausse réponse à celle-ci que La Fraternité Saint Pie X, dont j’ai été membre jusqu’il y à peu de temps, impose à ses prêtres et à ses fidèles.

 

1) Je rejette comme fausse et non catholique la conception de FSSPX selon laquelle l’Eglise peut propager l’hérésie, promulguer et mettre en vigeur des droits liturgiques généralement reconnus (NOM et de nouveaux rites de sacrements) et disciplinaires (par exemple: Code de droit canonique de 1983), qui contiennent des contradictions, des erreurs, des hérésies ou bien sont entièrement invalides, pérnicieux pour le salut des âmes et conduisent au protestantisme. Je rejette aussi l’opinion selon laquelle on peut mettre en doute les canonisations des saints effecutées par l’Eglise.

 

2) Je rejette la fausse alternative proposée par la FSSPX – unité ou confession de la foi inaltérée. L’Unité de l’Eglise Catholique se fonde sur la même foi, sur les mêmes sacrements et sur l’obéissance au même Pape. Il n’y a pas de véritable unité là où apparaît au moins un des éléments cités ci-dessus. Il est donc impossible de faire confession de la foi catholique contre l’unité de l’Eglise.

 

3) Je rejette le système de la FSSPX, dans lequel la reconnaissance du Pape est purement illusoire, dans lequel le Pape ne possède qu’un primat honorifique et où la seule visible manifestation de la reconnaissance du primat papal est d’accrocher occasionnellement des portraits de l’occupant actuel du Siège Apostolique dans les sacristies des chapelles et des églises de la FSSPX qui le considère de façon eronnée comme pape vraiment catholique. Cependant, "la seule et légitime" autorité de la Fraternité qui décide définitivement ce que le catholique doit reconnaitre dans l’enseignement "ecclésiastique" et ce qu’il doit rejeter, est le Supérieur Général de la FSSPX. Ainsi dans la Fraternité on met son autorité au-dessus de celui que l’on considère faussement comme le vrai pape.

 

4) Je rejette comme hypocrite l’attitude de la FSSPX consistant à jouer "sur deux fronts", dont le seul réel et en même temps le plus pernicieux effet pour les âmes des fidèles est de protéger et de légitimer des coupables de l’actuelle apostasie générale en leur attribuant des traits de légitimité et par conséquent le pouvoir juridictionnel sur les catholiques. Une telle attitude a pour résultat de se détourner de la sainte obligation de transmettre le Dépôt de la Foi Catholique dans son intégrité.

 

Mon devoir comme catholique, est de professer la Foi Catholique, intégrale et inaltérée, la même qui était pratiquée jusqu’à la mort de Sa Sainteté le Pape Pie XII. En particulier, en tant que prêtre catholique, je fait appel à tous ceux qui aiment réellement la Vérité pour rejeter tout compromis avec les occupants modernistes et de s’attacher au combat commun pour la cause catholique dans nos coeurs et dans notre Patrie! Ce combat sera dur et humainement peut sembler impossible, pourtant, quel honneur plus grand que celui de participer à la lutte pour le triomphe de la Sainte Eglise, qui finalement vaincra!

 

Implorons la Reine de Pologne de ne pas oublier son peuple dans ses prières devant le trône du Roi du ciel de nous accorder la grâce de la pérséverance dans la Vérité, la vraie sainteté et la charité envers Dieu et le prochain.

 

Abbé Rafa≥ Trytek

 

Cracovie, en Fête de la Chandeleur

 

www.sedevacante.pl

 

Traduction du polonais Iwona Olszewska

 

 

© Ultra montes (www.ultramontes.pl)
Kraków 2006

POWRÓT DO STRONY G£ÓWNEJ: